Le charbon actif, une alternative viable à la combustion thermique

Aircon H

Les fournisseurs de l'industrie automobile doivent répondre à des conditions très strictes. Par exemple, lors du revêtement de composants, il est essentiel que la qualité de l'air dans la cabine de peinture soit correcte. Une entreprise allemande se prenait la tête quand elle s'est aperçue qu'un nouvel investissement potentiel ne pourrait être réalisé à temps pour se conformer à la réglementation. Heureusement pour eux, le charbon actif propose une solution temporaire, voire permanente.

Un fabricant de petites pièces en plastique pour le secteur automobile est lui-même responsable du revêtement de ces composants. Ce revêtement est appliqué dans une cabine de pulvérisation, où le traitement de l'air est essentiel en raison de l'inévitable « overspray ». Afin de se conformer à la réglementation, le gouvernement allemand avait exigé que l'entreprise dispose d'une toute nouvelle installation assurant une bonne qualité de l'air d'ici le Nouvel An 2019. En raison du long délai de livraison d'un système de combustion thermique, la direction s'est rendu compte que ce serait infaisable. De plus, une telle installation neuve représente un investissement considérable, puisqu'elle doit traiter un débit de 35 000 m³ par heure.

Installation de test grandeur nature

De toute façon, l'entreprise devait chercher une solution provisoire, et a pour cela contacté Desotec. Une inspection sur site a montré qu'une installation à charbon actif pourrait même constituer une solution permanente adéquate, puisque le processus de pulvérisation se ferait désormais en deux équipes (au lieu de trois). De plus, une installation à charbon actif ne nécessite pas d'investissement lourd, mais est intégrée aux coûts d'exploitation. Afin de peser soigneusement le pour et le contre, l'entreprise a décidé de mettre temporairement en place une installation de test grandeur nature.

Le cœur de cette installation de test est le filtre à charbon actif mobile Aircon H, contenant 6 tonnes de charbon actif. De plus, le système se compose d'un ventilateur avec silencieux (pour éviter la nuisance sonore) et du système de sécurité Inerti-Box, qui évite la formation de points chauds. L'avantage de cette solution de location est que, selon le principe du « Plug & play », elle peut être utilisée immédiatement et que la pose de fondations n'était pas requise, au contraire de la combustion thermique. Si le client venait à décider que le charbon actif lui semble être la bonne solution, un filtre Aircon V-XL sera un système idéal. Ce filtre comporte un volume de charbon actif plus important (11 tonnes) et permet un changement de filtre très facile une fois que le filtre à charbon actif est saturé.

TA Luft

Le client s'est également senti encouragé par le gouvernement allemand à chercher une solution alternative. L'Allemagne travaille en effet d'arrache-pied à l'actualisation de la réglementation TA Luft, transposant les directives européennes sur les émissions atmosphériques en législation nationale. Dès lors, il est conseillé aux entreprises de s'investir fortement dans les meilleures techniques disponibles. La filtration au charbon actif facilite le respect de certains seuils minima (par exemple pour le benzène), et n'est pas influencée par des paramètres tels que la poussière et les émissions de NOx.

La technologie de filtration au charbon actif a déjà fait ses preuves dans l'industrie automobile et dans le secteur des peintures et des revêtements. Le fournisseur allemand testera le filtre Aircon H au cours des trois prochains mois et fournira aux instances gouvernementales les résultats du capteur PiD via un enregistrement. Sans nul doute, l'entreprise prendra alors la bonne décision pour le traitement futur de l'air dans les cabines de peinture.