Élimination des polluants du biogaz de décharge 

Les décharges contiennent une source potentielle d’énergie : le biogaz qui est naturellement émis par les déchets en décomposition.  

Cependant, le biogaz contient non seulement du méthane utilisable (CH4), mais aussi des polluants qui doivent être éliminés pour éviter d’endommager les moteurs utilisés pour alimenter les générateurs électriques. Apprenez-en plus sur la façon dont nous aidons les décharges dans toute l’Europe à convertir les déchets en électricité. 

Le problème 

Un important fournisseur d’électricité en France développe des énergies plus vertes, à savoir le solaire, l’éolien, l’eau et le biogaz. 

Il opère sur plusieurs anciennes décharges, produisant du biométhane pour alimenter des moteurs afin de produire de l’électricité.  

Les décharges fermées produisent des niveaux de biogaz et de pollution inférieurs à ceux des décharges en activité, car une grande partie des déchets s’est déjà biodégradée. Cependant, un traitement peut encore être nécessaire pendant 10 à 20 ans ou plus après la fermeture.  

Transformer du biogaz en biométhane nécessite également l’élimination du sulfure d’hydrogène (H2S) et de composés organiques volatils (COV). Les siloxanes sont un groupe particulièrement nocif de COV, qui peuvent endommager les moteurs par abrasion. 

Les concentrations en polluants varient en fonction de la composition des déchets : les concentrations en H2S sont souvent comprises entre 100 et 2000 ppm et les concentrations en COV entre 500 et 2000 mg/m3.  

Les fabricants de moteurs fixent des niveaux recommandés pour ces polluants. Dépasser ces limites peut endommager les moteurs et annuler la garantie du fabricant.  

DESOTEC a un contrat-cadre avec ce fournisseur d’énergie. Sur un site du nord-est de la France, nous avions déjà installé une solution sur site : deux petits filtres en série, le premier pour éliminer le H2S et le second les COV.  

Comme le H2S se traite mieux dans des conditions humides et les COV dans des conditions sèches, le filtre à COV a été installé en aval d’un refroidisseur, d’un débrumiseur et d’un surpresseur. 

Cependant, le site est exploité par un technicien travaillant seul qui trouvait le processus de changement des filtres à 2,3 m de haut quelque peu risqué, car il devait monter sur une échelle pour atteindre les connecteurs situés au sommet, qui pouvaient devenir humides ou même glacés en hiver.  

L’entreprise souhaitait garantir un environnement de travail sûr et a donc demandé à DESOTEC une solution alternative.  

La solution 

DESOTEC a proposé de remplacer les deux petits filtres par un plus grand.

Bien que ces modèles plus grands mesurent environ 8 m de haut, les connexions d’entrée et de sortie sont situées à hauteur d’homme, ce qui simplifie la gestion par une seule personne et évite de prendre des risques en montant sur une échelle.

Cette unité unique comprend deux couches de charbon actif. La première élimine le H2S et la seconde les COV.

Il n’est pas possible de modifier les niveaux d’humidité entre les couches, ce qui peut affecter la capacité d’adsorption des COV, car l’humidité relative ne se situe pas dans la plage optimale. Néanmoins, l’entreprise est satisfaite de ce compromis afin d’améliorer la sécurité au travail.

De plus, alors que les modèles plus petits doivent être déchargés par le technicien du site, les unités de filtration plus grandes sont livrées par un camion DESOTEC et sont déchargées par notre personnel. Cela signifie que le technicien du site n’a plus besoin de louer et d’utiliser lui-même un chariot élévateur.  

Les résultats 

Le nouveau filtre réduit avec succès les polluants pour être en dessous des niveaux requis.

En collaboration avec le client, nous surveillons la consommation de charbon, qui devrait être légèrement plus élevée qu’avec le système à double filtre précédent, et nous réaliserons une analyse comparative à la fin de l’année.

Ils pourront alors procéder à des ajustements pour optimiser davantage le système, en modifiant la composition des couches de charbon ou le débit de gaz, par exemple.

Jusqu’à présent, le filtre a été remplacé une fois. Bien qu’il s’agisse désormais d’une très grande unité, le technicien sur site l’a trouvée simple et sûre à installer.

Comme pour tous les filtres de DESOTEC, les techniciens ne doivent ni vider le charbon usagé, ni le stocker sur place, ni remplir le filtre de charbon frais. Toutes les unités sont scellées et transportées hors site pour être réactivées dans les fours de DESOTEC.

Ainsi, le processus est propre, exempt de poussière et sûr, ce qui a incité le client à remplacer son filtre fixe sur un autre site par une alternative mobile de DESOTEC. Un troisième site envisage de lui emboîter le pas.  

Contactez DESOTEC dès aujourd’hui 

Pour savoir comment les filtres mobiles de DESOTEC peuvent résoudre les problèmes de contamination sur vos sites, ou si vous avez des questions, veuillez contacter nos experts pour en discuter.

  

Dans les usines de DESOTEC, la totalité du charbon usagé est analysée afin que les mesures adéquates puissent être prises pour manipuler et extraire le charbon saturé des filtres mobiles. Toutes les molécules qui ont été adsorbées par le charbon actif sur les sites des clients sont désorbées dans les fours de réactivation de DESOTEC. Ces contaminants sont ensuite entièrement détruits, conformément à la législation nationale et européenne, par un dispositif d'incinération et de neutralisation. L'ensemble de l'installation et ses émissions font l'objet d'une surveillance continue en ligne, ce qui garantit que seule de la vapeur d'eau inoffensive est visible à la sortie de la cheminée.