Traitement des COV dans l'industrie des peintures et des revêtements

Les entreprises européennes sont confrontées à une pression croissante pour réduire les émissions de composés organiques volatils (COV). La filtration sur charbon actif est une technologie de traitement polyvalente, simple et rentable pour de nombreuses applications, notamment lorsque la production est discontinue.

 

Le problème

Une entreprise familiale allemande revêt des emballages pour l'industrie cosmétique, avec des clients en Europe et dans le monde. Elle est spécialisée dans les revêtements PVD décoratifs, ou métallisation.

Le PVD est un procédé à base de solvants et produit des émissions contenant des COV, notamment de l'acétone, de l'acétate de butyle, du xylol, du butanol et de l'éthylbenzène.

Cependant, ces COV sont nocifs pour l'environnement et sont soumis à des limites strictes dans le cadre de la réglementation allemande sur les émissions atmosphériques, connue sous le nom de TA Luft. Si de nombreuses entreprises remplacent les revêtements à base de solvants par des alternatives à base d'eau pour certaines applications, cela n'est pas encore possible pour les produits métallisés.

Dans cette usine, les COV sont émis par les cabines de pulvérisation manuelle et pendant le processus de séchage, avec des concentrations moyennes de 80 mgC/m³. La limite autorisée pour l'entreprise étant de 50 mgC/m³, les autorités environnementales ont fait pression pour qu'elle abaisse les concentrations soit en réduisant la production, soit en traitant les émissions. Si elle n'y parvenait pas, elle risquait de devoir fermer ses portes.

La première technologie de traitement que la société a étudiée était l'oxydation thermique. Cependant, pour fonctionner de manière optimale, cette technique nécessite un flux constant d'émissions à traiter, et la production de cette usine est discontinue.

Après avoir rencontré des représentants de DESOTEC lors d'un saloncommercial, l'entreprise a décidé que la filtration sur charbon actif répondait mieux à ses besoins.

 

La solution

Le système de DESOTEC était opérationnel dans les trois mois suivant la fin des discussions techniques et commerciales avec le client. Son installation n'a entraîné aucune interruption de l'activité du client.

L'installation comprend deux filtres AIRCON V-XL pour traiter le débit très élevé de 55 000 m³/h. Ils sont placés dans une configuration de type "lead-lag", de sorte que lorsque le premier devient saturé, les COV sont captés par le second filtre. Le premier est alors remplacé par un filtre neuf, et placé derrière celui qui est maintenant opérationnel.

Nous avons également fourni notre station de filtrage plug-and-play brevetée AIRCONNECT. Il s'agit d'une station d'accueil pour les filtres, qui réduit la nécessité de connecter et de déconnecter les tuyaux de grand diamètre et rend le remplacement des filtres encore plus rapide et plus facile.

La dernière partie de l'installation était l'INERTI-BOX, qui est le système de surveillance et d'extinction des points chauds de DESOTEC. Il utilise un moniteur de monoxyde de carbone pour détecter si des zones incandescentes ou fumantes se forment dans le lit filtrant, et les éteint automatiquement avec un gaz inerte tel que l'azote.

Bien que les points chauds soient très rares sur les sites des clients, ils se développent occasionnellement lorsque la production redémarre après une pause et que de l'oxygène frais entre dans le système. C'est ce qui s'est produit sur le site de ce client, et l'INERTI-BOX a réussi à éteindre le point chaud. Aucun dommage n'a été causé et le filtre à charbon est resté utilisable par la suite.

 

Les résultats

Ce système a été installé il y a deux ans et a permis de maintenir les émissions de COV en dessous des limites autorisées. Les autorités ont retiré leur menace d'annuler le permis de l'usine.

Un seul remplacement de filtre est nécessaire par an, ce qui en fait une solution simple et nécessitant peu d'entretien. Les coûts d'investissement sont également faibles, car les filtres sont fournis sur une base locative.

Les émissions de COV sont un problème répandu, c'est pourquoi DESOTEC travaille avec de nombreux clients sur des projets similaires dans toute l'Europe. Notre système de filtration mobile est modulaire, ce qui permet aux clients d'ajouter ou de retirer des filtres pour se conformer aux réglementations de plus en plus strictes en matière d'émissions.

Si les oxydateurs thermiques sont la technologie de référence pour de nombreux projets, ils ne sont généralement pas rentables lorsque la production est discontinue. Les filtres DESOTEC n'utilisent le carbone que lorsque la production est en cours, ce qui évite les coûts de fonctionnement pendant les périodes d'arrêt.

Dans le cadre de son service, DESOTEC prend en charge tout le charbon usé et le transporte en toute sécurité hors du site du client dans des unités de filtration fermées. Tout le charbon usagé est analysé dans nos installations afin de prendre les mesures correctes pour le traiter. Toutes les molécules qui ont été adsorbées sur le charbon actif sur les sites des clients sont désorbées dans les fours de réactivation de DESOTEC et entièrement détruites conformément à la législation nationale et européenne. L'ensemble de notre installation et ses émissions font l'objet d'une surveillance continue en ligne, ce qui garantit que seule de la vapeur d'eau inoffensive sort de la cheminée.

Pour discuter de la façon dont les filtres DESOTEC pourraient fonctionner pour votre entreprise, contactez notre équipe d'ingénieurs dès aujourd'hui.

 

 

Dans les installations de DESOTEC, tout le charbon usagé est analysé afin de prendre les mesures adéquates pour la manipulation et l'élimination du charbon saturé des filtres mobiles. Le charbon usagé qui répond aux critères d'acceptation de DESOTEC peut être réactivé.

Cela signifie que toutes les molécules qui ont été adsorbées sur le charbon actif chez le client sont désorbées dans les fours de réactivation de DESOTEC. Ces contaminants sont ensuite entièrement détruits, conformément à la législation nationale et européenne, par une installation d'incinération et de neutralisation. L'ensemble de l'installation et ses émissions font l'objet d'une surveillance continue en ligne, ce qui garantit que seule de la vapeur d'eau inoffensive sort de la cheminée.

Dans le cas où le carbone saturé ne répondrait pas à nos critères d'acceptation, il est envoyé vers une élimination externe spécialisée.