Traitement des rejets atmosphériques : comparaison entre le charbon actif et les autres technologies

Partout en Europe, les industries recherchent des solutions efficaces pour résoudre les problèmes liés aux émissions d'air contaminées.

La filtration au charbon actif est une solution efficace et adaptable à de nombreuses situations, soit seule soit en combinaison avec d'autres technologies.

Défis typiques en matière d'émissions d'air

Il existe deux formes principales de pollution atmosphérique que le charbon actif peut traiter :

  1. Les composés organiques volatils (COV). Un grand nombre de ces COV est soumis à des réglementations, car ils peuvent être nocifs pour la santé humaine ou l'environnement.
  2. Les composés odorants. Ces composés peuvent également être des COV ou des composés inorganiques tels que le H₂S et le NH3. L'objectif des réglementations est de rendre les conditions plus agréables pour les employés ou les riverains.

Les usines sont soumises à des limites d'émissions en fonction de l'industrie, du type de composé, de son niveau de toxicité, de la région et de la proximité des zones résidentielles. Le benzène, par exemple, qui est connu pour être potentiellement cancérigène, fait l'objet de contrôles stricts.

Les entreprises peuvent aussi choisir de descendre en dessous des limites légales dans le but, par exemple, de réduire les nuisances olfactives pour leurs employés sur le lieu de travail.

Secteurs et sources

Le charbon actif peut être utilisé pour traiter des composés provenant de différentes sources dans divers contextes.

Les émissions d'air polluées sont problématiques pour diverses industries. C'est notamment le cas des entreprises chimiques, pétrochimiques et pharmaceutiques en raison de leur large utilisation de solvants ou de produits chimiques de base et de la présence d'intermédiaires. Les producteurs de plastiques, polymères et composites doivent faire face à des problèmes très similaires. Néanmoins, en ce qui concerne la production de composites, un problème est observable dans l'ensemble du secteur : les émissions odorantes de styrène.

D'une façon générale, l'industrie manufacturière doit faire face aux émissions de COV provenant, par exemple, du collage, du revêtement, du séchage et du nettoyage des produits. Les émissions de COV et le contrôle des odeurs sont des sujets essentiels pour toutes les entreprises impliquées dans la gestion ou le recyclage des déchets. Ces émissions se caractérisent par une grande variété de composés qui sont directement liés au type et à la composition des déchets. Bien que les problèmes spécifiques puissent diverger d'un secteur à l'autre, nous avons répertorié plusieurs sources clés d'émissions d'air dans l'ensemble de l'industrie.

Processus de production. Les COV et les odeurs peuvent être émis à de nombreuses étapes, notamment au départ des réservoirs de réacteur, des lignes de revêtement et des processus de séchage.

Stockage en réservoir. Les produits peuvent être stockés sous forme gazeuse ou liquide. La filtration au charbon actif est la plus utile pour les liquides tels que l'essence, le benzène ou les produits chimiques organiques plus spécifiques. Elle peut être utilisée pour les émissions provenant des énormes installations de stockage dans les ports, des réservoirs plus petits sur les sites industriels et des conteneurs de transport. Les émissions sont généralement constituées de flux discontinus aux concentrations élevées.

Halls de production. Si les vannes ou les joints d'étanchéité présentent des fuites, de petites quantités de COV et des mauvaises odeurs peuvent être libérées, créant ainsi un environnement de travail désagréable. Ce scénario est habituellement à l'origine de faibles concentrations et de débits élevés.

À part l'industrie, l'agriculture et le transport représentent d'autres sources de COV et de pollution olfactive. Toutefois, comme il ne s'agit pas de sources localisées, la filtration au charbon actif n'est pas applicable.

Ces dernières années, l'industrie a fait de grands progrès dans la lutte contre la pollution atmosphérique. À mesure que les limites sont devenues plus strictes, les entreprises ont cherché à s'attaquer aux plus petites sources d'émissions.

Technologies de traitement des émissions atmosphériques

Vous voulez en savoir plus sur les technologies permettant de traiter ces problèmes d'émissions atmosphériques ? 

Téléchargez ici notre e-book dans lequel nous décrivons les technologies disponibles, comment elles se comparent les unes aux autres et comment elles peuvent être combinées pour une efficacité optimale, en mettant l'accent sur la filtration au charbon actif.

 

Dans les usines de DESOTEC, la totalité du charbon usagé est analysée afin que les mesures adéquates puissent être prises pour manipuler et extraire le charbon saturé des filtres mobiles. Toutes les molécules qui ont été adsorbées par le charbon actif sur les sites des clients sont désorbées dans les fours de réactivation de DESOTEC. Ces contaminants sont ensuite entièrement détruits, conformément à la législation nationale et européenne, par un dispositif d'incinération et de neutralisation. L'ensemble de l'installation et ses émissions font l'objet d'une surveillance continue en ligne, ce qui garantit que seule de la vapeur d'eau inoffensive est visible à la sortie de la cheminée.