Réduction des niveaux de DCO dans les eaux usées d’une usine de biocarburants

La production de biocarburants est florissante en Europe, grâce à une sensibilisation accrue à l’environnement et à des mesures incitatives de l’UE.

Cependant, la matière première contient généralement des contaminants qui doivent être traités pour éviter leur rejet dans l’environnement naturel.

DESOTEC fournit des solutions de filtration au charbon actif à de nombreuses usines européennes de biocarburants, en traitant les polluants à plusieurs étapes du processus de production.

Le problème

Cette usine en Espagne transforme en biodiesel les ordures et les déchets alimentaires locaux tels que les graisses animales et les huiles végétales. Les eaux usées du processus de production contiennent des substances organiques provenant de ces graisses et huiles.

Avant de les rejeter dans l’environnement, les niveaux de DCO de ces eaux doivent être réduits à moins de 100 mg/L. L’eau est purifiée par le biais d’un processus qui se déroule en deux étapes : d'abord un traitement physico-chimique, puis dans une usine de traitement biologique.

Ce procédé a été conçu pour traiter un débit de 1 m³/h et une concentration moyenne de DCO dans le flux d’eaux usées d’environ 250-300 mg/L. Cependant, les concentrations en DCO ne sont pas stables ; elles peuvent atteindre un pic de 600 mg/L, ce qui rend le processus de traitement incapable de réduire les niveaux de manière satisfaisante.

Les autorités ont donc averti l’entreprise qu’elle s’exposait à des sanctions si elle ne parvenait pas à respecter les conditions de son permis d'exploitation. L’entreprise prend ses obligations environnementales très au sérieux, et était désireuse de trouver une solution pour améliorer, plutôt que remplacer, son système existant.

DESOTEC avait contacté l’entreprise plusieurs années auparavant au sujet d’un projet potentiel distinct. Début 2020, l’entreprise nous a contactés pour savoir si le charbon actif pouvait être efficace pour le traitement de leurs eaux usées.

La solution

Nous avons travaillé sur la solution en trois étapes. Tout au long du processus, nous avons pu bénéficier d’une étroite collaboration avec le client qui s'était engagé à trouver une solution efficace.

La première étape a consisté à analyser des échantillons d’eaux usées dans notre laboratoire en Belgique pour déterminer quel type de charbon actif était le plus approprié.

En ce qui concerne la deuxième étape, nous avons fourni un filtre MOBICON 2000 pour vérifier les résultats à grande échelle, en nous assurant qu’il pouvait traiter le débit réel ainsi que les concentrations moyennes et maximales en DCO. Le client a demandé qu’un deuxième filtre MOBICON 2000 soit placé en série, afin de garantir des niveaux de DCO aussi bas que possible.

Finalement, nous avons pris la décision avec le client de remplacer les deux filtres par une unité MOBICON plus grande. Elle permet un traitement plus intense et nécessite des remplacements moins fréquents. Il faudra probablement compter une année complète avant qu'elle ne soit saturée, et son remplacement ne perturbera en aucune manière les activités de l’usine.

Au total, ce processus d’essai et de conception n’a duré que quelques semaines.

Les résultats

Le client est très satisfait du service de DESOTEC. Nous avons réagi rapidement, mené une enquête approfondie et fourni une solution qui a fonctionné.

Il mène actuellement un essai pilote en utilisant les petits filtres DESOTEC entre les étapes physico-chimique et de biofiltration du traitement des eaux usées, afin d’aplatir les pics et de maintenir les concentrations en DCO à un niveau stable.

Il envisage également de tester un filtre pendant le processus de production afin d’éliminer les impuretés présentes dans la glycérine. C’est la raison pour laquelle nous avions initialement contacté l’entreprise il y a plusieurs années.

DESOTEC fournit toujours un service complet aux clients en effectuant des tests industriels et en laboratoire pour arriver à une solution efficace.

Nos filtres mobiles peuvent être adaptés aux systèmes de traitement existants. Par conséquent, les clients n’ont pas besoin de réaliser l’investissement majeur que représente le remplacement des installations, mais peuvent simplement les renforcer avec des unités DESOTEC.

Les clients ne traitent pas les déchets eux-mêmes, car le recyclage du charbon usagé fait partie de nos services. Nous transportons les unités de filtrage fermées en toute sécurité vers notre site en Belgique, où nous analysons des échantillons pour déterminer comment les stocker et les traiter. Toutes les molécules ayant été adsorbées dans les filtres sont

désorbées dans nos fours de réactivation, puis détruites dans une installation d’incinération et de neutralisation conformément à la législation nationale et européenne. L’ensemble de l’installation et ses émissions font l’objet d’une surveillance continue en ligne, garantissant que seule de la vapeur d’eau inoffensive sort des cheminées.

Contactez DESOTEC dès aujourd’hui

Ce cas ne met en lumière qu’un seul de nos nombreux projets en Europe. Pour savoir comment nous pourrions vous aider à résoudre votre problème de contamination, veuillez contacter notre équipe d’experts pour obtenir des conseils.

 

Dans les usines de DESOTEC, la totalité du charbon usagé est analysée afin que les mesures adéquates puissent être prises pour manipuler et extraire le charbon saturé des filtres mobiles. Toutes les molécules qui ont été adsorbées par le charbon actif sur les sites des clients sont désorbées dans les fours de réactivation de DESOTEC. Ces contaminants sont ensuite entièrement détruits, conformément à la législation nationale et européenne, par un dispositif d'incinération et de neutralisation. L'ensemble de l'installation et ses émissions font l'objet d'une surveillance continue en ligne, ce qui garantit que seule de la vapeur d'eau inoffensive est visible à la sortie de la cheminée.