Traitement des émissions atmosphériques dans un parc chimique en France

Les entreprises chimiques sont soumises à une pression croissante pour réduire leurs émissions, et sont menacées de fermeture si elles ne peuvent pas se conformer à des contrôles stricts de la pollution.

Le charbon actif est un traitement très efficace et fiable pour la purification de l'air dans de nombreuses circonstances, permettant aux usines de poursuivre leur production en toute confiance.

 

Le problème

Une entreprise fournit des services publics et industriels dans un parc chimique en France. Elle exploite un incinérateur pour les entreprises chimiques du parc. L'incinérateur contient des pierres réfractaires qui doivent être remplacées tous les deux ou trois ans.

Pendant ces périodes d'entretien, qui durent un à deux mois, une entreprise de produits chimiques spécialisés située dans le parc doit plutôt brûler ses gaz résiduels à la torche. Toutefois, cela ne permet pas d'éliminer tous les polluants.

L'entreprise chimique a subi des pressions de la part de l'autorité environnementale locale pour prouver qu'elle respectait ses limites d'émissions : COV jusqu'à 110 mg/m³, tert-butyl mercaptan (TBM) jusqu'à 20 mg/m³, et sulfure d'hydrogène (H₂S) jusqu'à seulement 5 mg/m³.

L'autorité a le pouvoir de fermer l'usine si les conditions ne sont pas remplies, aussi l'entreprise de services industriels a-t-elle cherché une solution de secours.

 

La solution

DESOTEC a installé un filtre HC-XL, capable de traiter le débit de 100 m³/h à 200 m³/h.

Il est assez haut pour utiliser deux couches de différents types de carbone pour traiter le H₂S et les composés non sulfureux. S'il y avait eu plus de H₂S, nous aurions installé deux filtres pour traiter ces contaminants séparément, mais dans ce cas, ce n'était pas nécessaire.

Le client a également choisi d'installer des équipements de sécurité conçus par DESOTEC : une INERTI-BOX et une HC-BOX. Ce système permet, grâce à un capteur de CO, de détecter la formation de points chauds dans le lit du filtre, de fermer automatiquement les vannes d'alimentation en oxygène du filtre et de l'asperger d'azote.

Il y a toujours un très faible risque de points chauds lorsque du H₂S est présent, car le filtre a besoin d'oxygène pour fonctionner correctement. Bien que le risque soit ici très faible, le client a adopté une approche consciente de la sécurité.

 

Les résultats

Le système a été installé en automne. Pendant le premier mois, le client a mesuré les émissions à la sortie tous les deux jours, et a détecté une pollution nulle.

L'entreprise chimique a ainsi pu démontrer aux autorités environnementales qu'elle respectait son permis, levant ainsi la menace de fermeture.

Le premier filtre a duré six mois avant de devoir être remplacé.

Le client et l'entreprise chimique restent tous deux très satisfaits. Ils ont été agréablement surpris par l'efficacité du charbon actif.

Initialement, il était prévu que le filtre ne soit utilisé que pendant les périodes d'arrêt de l'incinérateur.  Cependant, le client l'envisage désormais comme une solution permanente en raison des problèmes de fiabilité de l'incinérateur, qui ont parfois obligé l'entreprise chimique à interrompre sa production.

Le client est satisfait de la rapidité avec laquelle le filtre a été installé. Une technologie fixe alternative pourrait nécessiter une ingénierie et une construction importantes, prenant quelques mois, alors que le filtre de DESOTEC a été installé en deux semaines seulement.

C'est aussi une solution très simple : une heure après l'installation, la pollution était nulle.

Il y a également peu de coûts d'investissement. Les solutions alternatives pourraient coûter des millions d'euros, sans pour autant s'avérer efficaces. Les filtres DESOTEC sont fournis en location et peuvent donc être retirés si nécessaire.

DESOTEC traite tous les déchets de carbone, les transportant en toute sécurité dans des unités de filtration fermées. Dans nos installations en Belgique, nous analysons des échantillons pour déterminer comment le stocker et le traiter. Toutes les molécules qui ont été adsorbées pendant le fonctionnement sont désorbées dans les fours de DESOTEC, et la plupart du carbone est ensuite réactivé pour être réutilisé. Les contaminants sont détruits conformément à la législation nationale et européenne. L'ensemble de l'installation et ses émissions font l'objet d'une surveillance continue en ligne, et seule de la vapeur d'eau inoffensive sort par la cheminée.

 

Contactez DESOTEC aujourd'hui

Pour savoir comment la filtration au charbon actif pourrait résoudre le problème de contamination de votre site, veuillez appeler notre équipe d'experts.

 

 

Dans les installations de DESOTEC, tout le charbon usagé est analysé afin de prendre les mesures adéquates pour la manipulation et l'élimination du charbon saturé des filtres mobiles. Le charbon usagé qui répond aux critères d'acceptation de DESOTEC peut être réactivé.

Cela signifie que toutes les molécules qui ont été adsorbées sur le charbon actif chez le client sont désorbées dans les fours de réactivation de DESOTEC. Ces contaminants sont ensuite entièrement détruits, conformément à la législation nationale et européenne, par une installation d'incinération et de neutralisation. L'ensemble de l'installation et ses émissions font l'objet d'une surveillance continue en ligne, ce qui garantit que seule de la vapeur d'eau inoffensive sort de la cheminée.

Dans le cas où le carbone saturé ne répondrait pas à nos critères d'acceptation, il est envoyé vers une élimination externe spécialisée.